Témoignage de ses amis de Blanc-Mesnil

Pour saluer Michel Dubois, à sa sépulture à Chaillé-les-Marais (Vendée) 14-01-2020

 

Nous nous sommes retrouvés, quelques paroissiens de Sainte Thérèse du Blanc-Mesnil et nous avons laissé remonter nos souvenirs. Ce petit mot est rédigé avec tous ceux qui n'ont pu être avec nous ici ce soir. Voici quelques flashs.

 

C'est en 1969 que Michel est arrivé ainsi que Paul Arnaud et Guy Martineau à la Chapelle Sainte Thérèse du Blanc-Mesnil.

La première image qu'évoque Antoinette, c'est Michel peignant les murs de la jeune chapelle, juché sur son échelle.

Michel faisait les comptes de la paroisse avec Bernard Z. qui se souvient : « cela se passait toujours dans la bonne humeur ; d'ailleurs cela donnait l'occasion de partager un petit repas » confirme Nicole sa femme en souriant.

Michel et sa recette des moules marinières qu'il tenait de son oncle et de sa tante. Avec quelle fierté il l'a transmise aux copains de l'ACO, Jocelyne et Jean-Pierre, Christiane et Jean-Claude, Michel et Annick et les autres. Et l'omelette flambée !

Michel et les diapos ; Michel et les photos ! Aux réunions ACE il a souvent régalé enfants et responsables avec ses diaporamas où transparaissait sa joie de montrer les enfants, les fleurs, la nature.

Michel et les comptes-rendus de réunion : des rigolades ! mais quelle rigueur dans le souci de transcrire avec le plus grand respect, fidèlement, la parole de chacun !

Michelle et les enfants. Léon se souvient : « déjà un sourire et une petite blague en les accueillant ». Le presbytère était ouvert, à Sainte Thérèse et les enfants se sentaient chez eux. 

Danielle se souvient avec émotion qu'il a célébré la communion de ses garçons et le mariage de sa fille. Moi je me souviens qu'il est revenu de Vendée pour accompagner notre famille à la mort de mon frère Joseph.

Antoinette dit : « je crois que si j'ai la foi, c'est grâce à Michel et aux autres MdP qui avait une manière différente de dire la religion, de vivre les cérémonies.»

Que de cérémonies heureuses ou graves il a accompagnées ! Que de voyages vers ceux qui le lui demandaient !

 

Michel était cela et beaucoup d'autres choses. Il était un homme d'accueil, disponible pour tous, d'un abord simple et franc. Michel était un homme de partage, ému jusqu'aux larmes par les joies et les peines de chacun ; heureux quand des liens se tissaient entre les personnes qu'il rencontrait ; attentif à permettre chacun d'exprimer le meilleur de lui-même, encourageant, parfois avec humour, toujours positif.

En somme, pour beaucoup d'entre nous, c'est un ami sur qui on savait pouvoir compter, absolument. Certains se souviennent sans doute de séances de discussion dans le fauteuil où on lui disait nos peines, nos doutes, nos joies, certains de ne pas être jugés. Claire l'exprime à sa manière : « je le voulais, lui, comme parrain » et Guillaume : « c'est une belle personne » (mes enfants, la trentaine). Et Jean-Pierre, mon mari, : « Pour avoir foi dans l'humanité, il faut croiser des gens comme lui ».                  

Salut Michel et merci.                                                        Concetta (Leonetti).

 

Cher ‘’Père Michel’’ (comme je vous appelais enfant puis adolescente), vous m’avez enseigné et transmis les préceptes de la religion catholique lors de mes années de catéchisme.

DE CELA JE VOUS REMERCIE. Je garderai de vous le souvenir d’un homme gai et d’une extrême bonté. Et ce souvenir restera dans mon cœur ; Que votre âme repose dans la paix.

                  Avec amour,                                                                        Luciana (carte du 13 janvier 2020).

© 2019 par Fraternité Missionnaire de la Plaine et de Ste Thérèse