Les capitaux que Dieu préfère

« Il y a les capitaux financiers, le capital intellectuel, les capitaux industriels, le capital culturel…

Mais y a-t-il un capital du cœur ? Est-il vrai Seigneur que ce dernier pèse plus lourd dans la banque de ton royaume ?

Il y a les surdoués en affaires, les surdoués en électronique et en mathématique, les surdoués en sports… Est-il vrai, Seigneur que tu préfères, surtout, les surdoués du cœur ?Est-il vrai Seigneur, qu’à tout homme, diplômé des grandes écoles ou balayeur du métro, blanc ou noir, pratiquant une religion ou pas, malade ou bien-portant, jeune ou vieux, superstar ou inconnu, citadin ou paysan, tu ne poseras qu’une seule question, au soir de sa vie :

« Qu’as-tu fait de ton capital d’amour, de cette capacité d’aimer, de cette étincelle de ma propre vie, que je t’avais confiée pour la faire fructifier ?

Pourquoi as-tu enfoui cet amour qui devait permettre à tes frères affamés d’amour, assoiffés de justice, paumés, prisonniers, étrangers, d’exister, de grandir et d’espérer ? »

Seigneur, aide-nous à ne pas enterrer ce trésor, à faire fructifier notre capital d’amour, le seul à ne jamais se dévaluer sur terre et dans ton éternité. »

Michel Hubaut

© 2019 par Fraternité Missionnaire de la Plaine et de Ste Thérèse