Cher enfant, ne crains pas

« Si ta barque est solidement

et fermement amarrée et ancrée,

les vagues ne peuvent te nuire ;

tout cela finira bien.

Job disait :

« Après les ténèbres, j’attends la lumière ».

Demeure seulement en toi-même,

ne cours pas au dehors,

sois patient jusqu’au bout

et ne cherche pas autre chose.

Certains hommes,

quand ils se trouvent en

cette pauvreté intérieure,

courent et cherchent toujours quelque nouveau moyen d’échapper à cette angoisse,

et cela leur est bien nuisible.

Ou bien ils vont se plaindre

et interroger les docteurs,

et cela augmente encore leur trouble.

Demeure-en cette épreuve

sans aucune anxiété :

après les ténèbres, viendra la clarté du jour, l’éclat du soleil.

Prends garde, comme si ta vie en dépendait,

de ne t’appliquer à rien d’autre qu’à attendre.

En vérité, si tu t’en tiens à cela,

la naissance est proche et c’est en toi qu’elle va se produire.

Crois-moi, il ne s’élève aucune angoisse dans l’homme

que Dieu ne veuille préparer une nouvelle naissance en cet homme ;

et sache que tout ce qui te prend, apaise et détend en toi l’angoisse ou l’oppression,

c’est cela la nouvelle naissance ;

 

à toi de choisir si tu veux Dieu ou la créature.»

Sermon de Jean TAULER (XIVe siècle, élève de Maître Eckhard )

© 2019 par Fraternité Missionnaire de la Plaine et de Ste Thérèse