Le Sourire

Derrière nos masques.

Y a-t-il encore des sourires ?

« On ne les voit plus vraiment aujourd'hui, parce que le stress, la maladie et la mort guettent. Avec ce virus on a mis nos sourires derrières des morceaux de papiers pour nous protéger. Nos sourires sont cachés et pourtant notre métier auprès des malades nous a habitué à les distribuer ces sourires. Ce réconfort gratuit des soignants, celui qui évade de la maladie quelques instants, celui qui rend fort, celui qui rend toujours vivant. Mais ces sourires sont plus difficiles à transmettre avec ces masques, on les voit moins mais n'avez-vous pas remarqué que si les Bouches et les sourires sont cachés, les yeux sont mis en valeur avec ces masques ?

J'ai l'impression que nos regards sont plus visibles encore.

Des yeux qui parlent autant que nos bouches. Des regards qui en disent long....aussi long que les mots parfois. Des yeux qui ne mentent pas.

J'ai vu les larmes d'un mari, les yeux rougis, couler sur son masque, j'ai vu les yeux interrogateurs d'une collègue face à notre patient qui s'aggravait, j'ai vu aussi les yeux un peu perdus d'un interne qui était débordé par son travail d'accueil et d'écoute de familles angoissées, j'ai vu des yeux maquillés tout en beauté soulignés en noir, des yeux songeurs un peu perdus, j'ai vu des yeux noirs plein de malice et de détermination, des yeux bleus tendres, des yeux verts remplis d'espoir et des yeux marrons souriants ! Oui ils étaient souriants !

On peut donc rire avec ses yeux ! Partager un regard sincère, complice et souriant ! Ce regard souriant m'a fait du bien, puisque de notre visage il ne reste plus que ça aujourd'hui, je l'ai volé et je me le suis gardé bien précieusement dans ma poche pour plus tard ! II m'a réchauffé et je n'hésiterai pas à le ressortir !

Aujourd'hui on a un masque pour protéger nos bouches, mais nos regards restent plus forts. Nos regards de soignants parlent toujours. À nous de continuer à offrir dès que c'est possible, à nos patients et aussi nos collègues ce si beau "sourire des yeux". »

François-Xavier RIGAUDEAU

© 2019 par Fraternité Missionnaire de la Plaine et de Ste Thérèse