Noël, c’est Dieu qui nous espère !

Tous les ans, dans les semaines qui précèdent Noël, notre regard se fixe sur un personnage hors du commun : Jean le Baptiste. Personne ne sait à quoi il ressemblait, s’il était doux, s’il était rude, mais nous le voyons infatigable, ayant choisi une vie très sobre quant à ses vêtements et à sa nourriture (il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage), obstiné dans son cri:

« Voici venir derrière moi celui qui est plus fort que moi, convertissez-vous, espérez ! »

Il arpente le désert de long en large. … Le désert est le symbole du vide en soi et autour de soi, pour mieux écouter l’autre … mais il peut évoquer aussi de la tourmente, les tempêtes de sable contre lesquelles on ne peut pas se protéger, à l’image des tempêtes sanitaires, sociales, économiques qui nous jettent à terre aujourd’hui : or Jean-Baptiste nous est montré, ici, comme quelqu’un qui est vraiment plein d’espérance dans ce désert de désolation :

  • il est une voix, une parole vivante pour ceux qui souffrent, pour ceux qui ne croient plus en rien, pour ceux qui n’ont plus rien, une parole pour ceux qui désespèrent de l’humanité. Nous l’imaginons débordant d’espérance même dans les situations les plus déstabilisantes. Il nous invite à repartir en plein vent de ce que nous sommes en train de vivre en ces temps de crises aux multiples visages.

  • Et puis à un autre moment, nous l’apercevons dans les alentours des rives du Jourdain.

Là, il était la vedette locale, vers qui tout le monde accourrait…nous le voyons alors crier à qui veut bien l’entendre :

« Ce n’est pas moi la Lumière!…regardez plus loin que moi, regardez celui qui vient derrière moi ! c’est Lui le sauveur attendu ! c’est lui qu’il faut suivre !»

 

Alors nous, vers qui cherchons-nous la Lumière en cette fin d’année 2020, année éprouvante pour beaucoup ?

Qu’est ce qui nous attire en réalité dans le quotidien de nos vies ? Et en qui mettons-nous notre confiance ? Est ce que nous ne sommes pas d’abord attirés par les vedettes de tout genre ?....

Très souvent, notre regard suit le projecteur, qui ne met en valeur que les Gagnants !

Mais la vraie Vie n’est –elle pas ailleurs ?

 

C’est ce que nous dit tout l’Evangile qui nous invite à regarder plus loin que nos horizons immédiats, à regarder le Christ dans ses paroles dérangeantes, et dans son attitude déroutante !

Il met en avant, l’écoute des autres, en particulier des plus petits, des étrangers….le partage des richesses, alors que l’égoïsme ou la peur nous paralysent….le pardon comme une manière de se grandir et non pas comme une faiblesse !

Regardons plus loin que nos intérêts humains, regardons ce Christ qui vient habiter chez nous, qui vient épouser notre condition humaine pour nous inviter à la Vraie Vie.,.. et surtout suivons-le : « C’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de défaire la courroie de sa sandale. »

Noël, c’est Dieu avec nous ! Noël c’est Dieu qui nous espère !

Rien ne pourra altérer cette espérance de Dieu à notre égard.

Noël, c’est la Lumière de l’Espérance au cœur du monde et au cœur de nos vies.

Louis Morandeau